6 juin 2019

TRAHISONS

Harold Pinter (1930-2008)

Mise en scène : Christophe GAND
Durée : 1h20

Avec dans le rôle d’Emma Gaëlle Billaut-Danno

(Nominée aux Molières 2015 pour la meilleure actrice dans Célimène et le Cardinal).

Sous les bavardages anodins, Harold Pinter dissèque les liens du triangle amoureux.

Une femme, Deux hommes, Trois amours…

trahisons01©Alexandre-Icovic

Emma et Jerry se retrouvent deux ans après leur rupture. Elle est la femme de Robert, meilleur ami de Jerry. Le mari, la femme, l’amant : Pinter s’empare du trio le plus éculé du vaudeville pour ne garder que l’adultère, source inépuisable de trahisons et de mensonges dans lesquels les trois personnages s’empêtrent. L’originalité de la pièce réside dans le fait que Pinter remonte le cours de l’intrigue amoureuse et tisse au fil du temps et à rebours les liens amoureux et amicaux du trio où chacun a construit sa propre vérité. «En nous faisant ainsi parcourir la vie à reculons en une sorte d’anti-recherche du temps perdu, Pinter détruit la rime la plus classique de la chanson d’amour…»

LA NOTE DU METTEUR EN SCENE

«Ce qui intéresse Pinter ce n’est pas l’action de ces histoires d’amour, mais la manière dont les personnages les révèlent et se révèlent. Par cette chronologie bouleversée, Pinter oblige le spectateur à devenir co-auteur, il possède un coup d’avance sur les personnages.» Christophe Gand

LES COMÉDIENS

 Trahisons prend place dans l’Angleterre des années 60, un monde d’hommes.

«Je ne voulais pas faire dEmma simplement une femme qui trompe son mari, cela me semblait très réducteur et ça ne reflète pas toute la profondeur du propos de la pièce. Il ne faut pas oublier que «Trahisons» a été écrite en 1978 et que le temps de l’action se déroule entre 1965 et 1975, en plein passage de mai 1968, de l’émancipation de la femme dans les années 60 et du bouleversement du modèle familial et social préétabli, époque où on prône la transgression. Je pense que c’est cohérent si Christophe, le metteur-en-scène, a choisi de garder cette époque-là. Si l’on en sort, ça place la pièce dans un banal triangle amoureux de tromperies.» Gaëlle Billaut-Danno 

EMMA
Gaëlle Billaut-Danno

ROBERT
François Feroleto

JERRY, L’AMANT
Yannick Laurent